Résection de tumeur de vessie

Devant la découverte d’une lésion intra vésicale soit sur une échographie ou cystoscopie, seul l’examen au microscope du tissu enlevé permettra d’établir le diagnostic, permettant de vous proposer le traitement et le suivi adaptés à votre situation. L’absence de diagnostic précis et de traitement vous expose au risque de laisser évoluer une lésion dangereuse, éventuellement cancéreuse ou susceptible de le devenir.

 

Il n’y a pas d’autre moyen que l’intervention qui vous est proposée pour permettre l’ablation ou le prélèvement de l’anomalie de la vessie, que vous présentez.

 

L’intervention se déroule sous anesthésie générale ou loco-régionale. L’intervention est réalisée par voie endoscopique à l’aide d’un résecteur. La résection de tumeur de la vessie se déroule sous contrôle vidéo. Après exploration de l’ensemble de la vessie, le résecteur permet d’enlever la ou les lésions, à l’aide d’une anse de résection. Les tissus prélevés sont envoyés au laboratoire pour analyse. A la fin de l’intervention, une sonde vésicale est mise en place, avec un lavage continu.

 

L’intervention peut être réalisée après une instillation pré-opératoire d’un produit (Hexvix) permettant de visualiser certaines lésions de la vessie à l’aide d’une lumière bleue.

 

A l’ablation de la sonde, les urines sont claires ou parfois teintées de sang. La durée de votre hospitalisation est variable de 1 à 3 jours. Pendant quelques semaines après l’opération, vous pouvez ressentir des brûlures en urinant. Il vous est recommandé de boire abondamment et il est préférable pendant cette période d’éviter les efforts importants. Un saignement dans les urines est possible pendant les premières semaines postopératoires. Si ce saignement est important ou entraîne des difficultés pour uriner, une nouvelle hospitalisation avec pose d’une sonde et lavage de la vessie peut être nécessaire.

 

L’analyse du prélèvement de vessie permet de connaître l’agressivité de la tumeur et son extension dans l’épaisseur de la paroi vésicale. Une intervention similaire, peut vous être proposée dans les semaines qui suivent la première intervention, pour la compléter ou s’assurer que l’ablation de la tumeur est complète.

intervention-resection-vessie

 

Risques et complications

Les complications directement en relation avec l’intervention sont rares, mais possibles.

Occasionnelles :

  • Saignement urinaire persistant justifiant le port prolongé de la sonde.
  • Infection de l’appareil uro-génital nécessitant un traitement antibiotique adapté, plus rarement infection sévère avec passage des germes dans le sang pouvant nécessiter des soins de réanimation.
  • Obstruction de la sonde nécessitant des manœuvres de désobstruction et/ou son changement.

Rares :

  • Saignement urinaire pendant ou après l’opération susceptible de nécessiter une transfusion et/ou une nouvelle intervention chirurgicale.
  • Plaie de la vessie ou d’un organe de l’abdomen pendant l’intervention nécessitant le plus souvent le port prolongé de la sonde et exceptionnellement une réparation chirurgicale immédiate.
  • Impossibilité à reprendre les mictions après l’ablation de la sonde.
  • Le produit de lavage de la vessie pendant l’intervention peut être à l’origine de désordres ioniques dans le sang et entraîner des troubles visuels, nausées, malaises, et exceptionnellement coma.
  • Lésion de l’urètre, immédiate ou à distance.
  • Lésion de l’uretère nécessitant un traitement complémentaire.

 

Problèmes cardio-vasculaires ou liés à l’anesthésie nécessitant une prise en charge dans un service de soins intensifs. Les causes les plus fréquentes sont les infections pulmonaires, les embolies pulmonaires, les accidents vasculaires cérébraux, les phlébites, les infarctus du myocarde dont les formes les plus sévères peuvent aboutir au décès.

Besoin d’un rendez-vous ?

Choisissez le docteur, le lieu, le jour et l’horaire sur l'agenda en ligne des Urologues du Cabinet Bel Air.

Prendre rendez-vous